Ma santé pour la vie

Jamais de la vie j’aurais pensé un jour tenir un blog. L’idée ne vient même pas de moi. Nous sommes un groupe de 11 personnes à participer, depuis octobre dernier, au Laboratoire de Création Radicale, mis sur pied par Denise Noël. Au début de l’année, Denise nous a invités à donner naissance à un projet créatif qui nous tient à coeur, « juste pour le plaisir de créer et de donner le meilleur de soi gratuitement. » Mon premier élan a été d’écrire un livre. Sauf que je me suis tout de suite sentie complètement dépassée par cette idée. C’est alors que Denise m’a suggéré d’écrire un blog et de voir où ça mènerait. Me voici donc avec mon blog. Un immense à Denise et à mes douze comparses du Labo pour leur indéfectibles présence et soutien qui rendent cette aventure possible.

Crédit photo: Eugénie Francoeur

Quand je ferme les yeux et que je pense à « Ma santé pour la vie », je vois un visage épanoui, l’oeil pétillant, un grand sourire, de la vitalité, de la joie et des bras ouverts accueillants. Et vous, à quoi ça vous fait penser la santé? Quelle image vous apparait?

Crédit photo: Liam Debrecen

Dans ce blog, j’ai envie de vous partager ce qui me fait du bien, ce qui m’allume et me fait vibrer. Mes sources d’inspirations sont variées et multiples: des rencontres, des sorties au restaurant, des voyages, des témoignages, des entrevues, des livres, des magazines, des documentaires, des essais et expériences personnelles, des nouveautés ou des vieilles sagesses oubliées. Je vous propose des balades dans des chemins déjà balisés et aussi des surprises et des coups de coeur dans des sentiers moins défrichés.

Crédit photo: Eugénie Francoeur

Je crois profondément qu’il est possible de vieillir en restant actif et alerte. La maladie, la douleur, la démence et l’immobilité ne sont pas des fatalités. Comme vous le lirez et le verrez sur ce blog il n’y pas d’âge pour « péter le feu ». Évidemment, l’intensité du feu s’arrime aux étapes de notre vie.

L’énergie qui découle de la santé, je la vois comme fluide, en perpétuel mouvement. Elle s’ajuste et s’adapte. La santé est personnelle et personnalisée. Celle de l’un ne se compare pas avec celle de l’autre.

Il y a tant de facteurs qui influent sur notre santé; notre alimentation, le mouvement, la qualité de nos liens, tant auprès de nos proches qu’en société, notre vie intérieure, notre apport à la société, notre style de vie, notre capacité à être heureux, etc. Parce que, oui, le bonheur contribue à la santé. Presque tout le temps, c’est à nous de faire des choix afin de mettre les chances de notre bord, sans garantie. Au final il y a le bingo de la vie; les accidents et la génétique. Dans le cas de la génétique, le Dr. Craig Willcox, qui étudie les secrets de la longévité des centenaires d’Okinawa depuis plusieurs décennies, l’a comparée à la gâchette d’un fusil; tant et aussi longtemps qu’on n’appuie pas dessus il n’y a aucun dégât. Ce qui signifie qu’en connaissant nos faiblesses génétiques nous pouvons redoubler de vigilance. Les avancées en médecine fonctionnelle sont spectaculaires et nous permettent maintenant d’identifier nos faiblesses génétiques et, dans plusieurs cas, de les neutraliser.

La santé est disponible. Mon expérience et mes recherches m’ont appris qu’à 20 ans, 40 ans, 70 ans et même 90 ans la santé est possible. Pas toujours, mais souvent. Pas parfaite, mais optimale.

Ma santé pour la vie, c’est un plaidoyer ludique pour la santé optimale.

Chiyo Asato, cette dame d’Okinawa sur la photo avait 108 ans lorsque je l’ai rencontrée. Elle n’avait jamais été malade. Jamais mis les pieds dans un hôpital. Jamais mangé de nourriture transformée non plus. À cet âge vénérable, elle continuait à cultiver son jardin et à prendre des marches. Elle ne connaissait pas non plus le mot « stress ». Elle a souri lorsque je lui ai expliqué, via notre interprète, sa signification. Elle a opiné de la tête et elle a dit: « Mais quelle perte de temps que de stresser ». C’est comme elle que j’ai envie de vieillir! Et vous?